La République des corrompus Waves Just Mercy Miss Virginia The Weekend Fist & Furious Hit Me Anyone One More Time

Bams

Bams
 

Bams n’est pas musicienne, elle est musicale.
Ses morceaux, des histoires symphoniques qu’elle raconte en voix off.
Bams a 35 ans et elle écrit. Des chansons. Des textes. Des articles.
Plus les chorégraphies des rôles qu’au théâtre elle investit.
En fait, si, Bams est hip-hop : elle raconte sa vie, son quotidien.
Hip-hop et wagnérienne, puisque lyrique.
Bams pourrait tout aussi bien être héroïne de mangas et de show télé au Japon.

Afro-Team: « Slt Bams, la sortie de ton album tout en numérique, est-ce un message sur les nouvelles technologies pour les artistes , les auditeurs ou juste un moyen un autre de sortir ton album ?

Bams : « Le numérique, même si il faut trouver le label digital diffuseur, est une vraie opportunité pour les artistes de sortir au niveau mondial. Internet c’est planétaire et ma musique universelle. De plus l’indépendante que je suis n’en est pas moins productive et talentueuse. Il aurait été fort dommage que parce qu’aucune maison de disc ne soutient mon projet, mes chansons restent au placard. Believe digital mon label, conscient de mon talent, du public qu’il y a pour ma musique me diffuse. Certes les frais de production et de com sont à ma charge mais mon projet existe et si demain je veux mettre un nouveau titre en ligne, c’est une manip qui me prendra deux clics. Ma génération est celle du disc et du vinyl, en 2010 on ipod, on a sa clé usb, on télécharge légalement 🙂
Et pour les amoureux, comme moi de l’objet, rien ne vous empêche d’ acheter mon disc à un de mes concerts. Financierement parlant, je ne suis pas moins bien retribuée que si j’ étais signée en contrat d’artiste de maison de disc. »

Afro-Team: « Le titre Baby blues est plutôt house déstructuré tribal ? Je me trompe surement (je n’ai écouté qu’un extrait) , parle moi de ce morceau ? »

Bams : « Depuis mon dernier album ” De ce Monde ” sorti en 2005, j’ai vécu cette chose étonnante, ma première maternité. Période forcément étrange, on se pose des questions, feuillette les magazines et j’ai été assez surprise que le plus souvent les témoignages étaient assez négatifs.

J’ ai traversé tout ça, heureuse, sereine, aimée et quand même assez détendu. Je me suis dit que ce ” bonheur ” , cette ” quiétude ” pouvait aussi être un thème pour une chanson.

Je suis une grande gueule et je sais dire quand ça ne va pas et je sais aussi dire quand ça va bien. C’est aussi ce genre de valeurs, de notion que je veux que ma musique porte. Pour aller vers ce à quoi on croit, on rêve, il faut d’abord pouvoir le nommer, l’exprimer .

House, destructuré, tribal… c’est assez ça une grossesse 🙂 »

Afro-Team: « Avec qui as-tu travaillé sur cet album, tous ces univers différents ne viennent que de toi ? »

Bams :« Oui et non.

Oui car toutes les personnes qui composent avec moi ma musique, je l’ai choisi. Personne d’autre ne le fait. Je suis la ” casting woman “, aux vues de ce qui s’invente dans ma tête, mes yeux et mes oreilles bien ouvertes, je trouve LA personne qui apportera LA couleur que je vois.

Et puis ensemble, Dj Junkaz Lou a composé On Partira / Baby Blues et Marie Jo, Imhotep a composé Bella et Fanny Lasfargues, Sacha Ricci et moi avons composé Je Vais t’Offrir.

Ce qui m’intéresse dans la musique c’est les portes qu’elles ouvrent dans l’imaginaire et l’émotions. Plus les rencontres sont riches , plus les univers se croisent et racontent.

Maintenant pour amener l’homogénéité qu’un projet ” bien mené ” doit transpiré, il est important que tout ceci soit “piloté ” par une même personne. Et cette même personne, c’est Feel Good et moi. C’est avec lui qu’on a tout arrangé. On a en commun, ce goût du multiple, du croisé, du mélange. Il vient comme moi du Rock, écoute du Jazz, du Rap, de l’éléctro, de la musique du Monde et la contemporainité qu’à le métissage.

Et puis Oscar Lef, Brice Wassy, Pushy, Léo Louxor apporte les nuances de couleurs.»

Afro-Team: « Pourquoi un album avec 5 morceaux seulement, ce n’est pas un album standard,
doit-on s’attendre à une autre surprise d’ici l’année prochaine ou te concentres-tu sur les concerts ? »

Bams : « 5 titres, c’est une manière d’avancer à mon rythme d’indépendante, de construire mon buzz.

Je n’ai ni les moyens, ni le pouvoir marketting d’une major. Commencer avec un EP 5 titres, me donne le temps de trouver les partenaires, imparables pour prétendre à une belle exposition: Un éditeur, un manager et surtout un tourneur et je n’en n’ai pas à ce jour. Diffuser mon projet, c’est le rendre disponible au public et le proposer aux différents maillons de la chaîne musicale ( Presse, radio, télé ).

Car arriver tout de suite avec un album, même si il est de qualité, si ces pôles n’enquillent pas, il passera à la trappe 🙁

Du coup, je préfère travailler en deux temps, ça multiplie mes chances 🙂

© Afro-Style.com by Line.J.Leuly
© Crédit photo by Gilles Dacquin


Musique , , , , , , , , , , ,

Related Posts

Archives

Lettre d’information