Tezuka's Barbara Missions of Love Eiga: Tôken ranbu After My Death Ne coupez pas Captive State Blood Brother

WILEE

WILEE

Wilfrid Arondel (WILEE) Né dans la banlieue Est de Paris fin des années soixante, il s’intéresse très vite à l’image, et plus particulièrement au cinéma, tout en prenant part à la culture HIP-HOP sous toutes ses disciplines (il passe du b-boying, au djing pour finir par le writing). Après une année d’études de cinéma, il décide d’aller directement vers l’expérience professionnelle.

Lors d’un tournage, il rencontre un réalisateur qui lui propose de devenir assistant photo, domaine qu’il ne connaît pas. Deux années d’assistanat pendant lesquelles il découvre ce médium en se formant seul, par les livres et des expériences dans divers domaines de la photo. La passion pour la musique le pousse de plus en plus à fréquenter le milieu des salles de concert. Il décide alors de s’attaquer à la presse musicale, estimant pouvoir aisément y trouver sa place et se rapprocher des artistes qu’il apprécie. Il travaille durant 10 ans dans le milieu, y améliorant au fur et à mesure son réseau et l’importance des contrats obtenus (R.E.R., GROOVE, TRAX, ROCK SOUND, ROLLING STONE, MUZIK, etc)

Suite à une certaine lassitude, il s’éloigne du portrait instantané au sein de la presse musicale, pour s’orienter plus vers la mise en scène, et développer une idée autour de ses images. Il s’initie à divers domaines comme la vidéo, le montage et le graphisme et se tourne aujourd’hui vers l’édition.

Wilee, comment êtes-vous arrivé à la photographie ?


© Willee

Complètement par hasard. Au tout départ, moi c’était le cinéma et, surtout, la réalisation qui me faisait rêver. Je suis avant tout un cinéphile ; d’ailleurs j’ai une culture photographique assez limitée.

Donc après deux ans d’assistanat dans le milieu du cinéma, je rencontre un jeune réalisateur qui est photographe et qui cherche un assistant photo. Je me propose tout en lui précisant que je ne connais rien mais que j’apprends vite. Bref, deux ans s’écoulent, sans pour autant que je m’intéresse de prés à ce médium, bien que le photographe m’ait prêté un boîtier pour me familiariser avec l’objet et la technique… en vain : moi, ce que je voulais faire c’était du cinéma.

Un jour à l’occasion d’un voyage, je prends l‘appareil et voilà que je me mets à faire des photos. Et là, la révélation : je ne suis pas un grand littéraire, je m’aperçois vite que cet outil va me permettre de m’exprimer de façon beaucoup plus précise et surtout plus compréhensible.

Du coup je me jette dans les livres de techniques. Ensuite, je me retrouve dans une boîte de photographie scolaire familiale, où le patron avait un studio équipé en Balcar. Durant tous mes week-ends, j’utilise son studio pour me familiariser à la technique de la lumière au flash. Peu de temps après, je me mets à faire des photos de concert. Deux ans après je me lance tout seul comme photographe auprès de diverses revues de musiques spécialisées, tout en faisant de l’assistanat dans divers milieux, du plus prestigieux au plus incongru. Et c’est de même pour mon expérience personnelle : je fais aussi bien du scolaire, du mariage, de la photo de live, de la pub, etc.

Je me suis jamais véritablement mis de barrière, chaque expérience est enrichissante , et me sert à chaque fois que je travaille. Et surtout, je sais que je ne sais rien… chaque situation amène son lot d’imprévus et de problèmes qui sont à résoudre au moment T, sans tomber dans le stress.

Maintenant cela fait à peu près 16 ans que je fais de la photo.

Lire la suite sur: http://www.galerie-photo.com/wilee.html


Art , , , , , , , , , , , , ,

Related Posts

Archives

Lettre d’information